Back to top
bandeau.jpg

5 choses à savoir sur le Bouvreuil Pivoine

Sciences participatives

 

Trois nouvelles espèces ont intégré BirdLab : le choucas des tours, le bouvreuil pivoine et la fauvette à tête noire. C’est l’occasion de s’arrêter un instant sur chacune de ces recrues de manière à vous familiariser avec elles. Toutes étant susceptibles de profiter de vos mangeoires cet hiver. Après la fauvette, on poursuit avec le plus photogénique des passereaux.

 

Bouvreuil © oudjat45 (Flickr)

Le régime du bouvreuil est presque exclusivement composé de graines, ou de bourgeons au printemps.

 

1 – Il est taillé comme un bœuf et doux comme un agneau

Le bouvreuil est massif, charpenté. Son nom, bien porté, proviendrait du latin bovariolus, « petit bœuf ». Une dénomination utilisée par nos voisins anglais, littéralement : Bullfinch. Et ces couleurs ! Une calotte d’un noir encore plus profond que celui de la Fauvette à tête noire, le dos gris, les ailes et la queue comme trempées dans l’encre, le croupion d’un blanc pur. Le mâle arbore un poitrail rouge-orangé qui tend vers le beige-rosâtre chez la femelle. Pas étonnant que Pyrrhula pyrrhula - du grec pyrrhos, « couleur de feu » - soit souvent représenté sur les cartes de vœux. Mais ce charisme ne l’empêche pas de se montrer extrêmement doux et paisible. Voire timide. L’animal n’étant pas territorial, il se contente de suivre les ressources alimentaires qui le conduisent de temps à autre sur les mangeoires. Lors des repas, le pacifisme règne, aussi bien avec ses congénères qu’avec les autres espèces. Mais cette bonhommie a pu lui jouer des tours. Lorsqu’il était un oiseau ornemental très prisé en Europe, il avait la réputation de se laisser capturer sans grand effort (son chant simple, une note courte et descendante sifflée tristement, était facilement imitable). Une réputation qui lui colle toujours aux plumes : alors que sa capture est désormais interdite depuis longtemps, les allemands continuent de l’appeler « Gimpel » qui signifie… nigaud...

2 – Il passe l’hiver à dévorer des graines en petite bande. Ou en couple.

Si les jeunes sont nourris d’insectes, le régime du bouvreuil est presque exclusivement composé de graines, ou de bourgeons au printemps. Son bec imposant lui permet de les écraser, ou simplement d’ouvrir l’enveloppe afin d’y prélever son contenu. Outre les graines, il adore les fruits secs et les bourgeons sur les arbres fruitiers, d’où sa présence dans les vergers. Si vous avez la chance d’en apercevoir sur vos mangeoires cet hiver, ils seront la plupart du temps en petits groupes de deux à dix individus. Il n’est pas rare non plus d’observer des couples formés au printemps vivre ensemble tout au long de l’hiver. Généralement les plus âgés quittent les bandes pour se « ranger » avec leur moitié. 

goudvink_pyrrhula_pyrrhula©jos_zwarts

Le mâle (à droite) arbore un poitrail rouge-orangé qui tend vers le beige-rosâtre chez la femelle 

 

3 - Il offre une brindille lors de la parade nuptiale

Début mars, en fin de saison BirdLab, vous aurez peut-être la chance d’observer cet instant de séduction plutôt cocasse. Avant la reproduction, de nombreux oiseaux effectuent des parades nuptiales pour séduire le sexe opposé. Et elles sont parfois accompagnées d’offrandes, généralement de la nourriture. Mais chez le Bouvreuil on s’échange également… des brindilles. Comment ? Le mâle saisit une brindille au sol, la pince dans son bec et s’envole l’offrir à la femelle. Cette dernière l’imite ensuite, et les voilà tous deux partis vaquer à leurs occupations, l’objectif étant de stimuler l’accouplement. Ce rituel est généralement accompagné de chants, de sautillements, et même du « baiser des becs », un nourrissage de parade.

4- Une sous-espèce joue de la trompette

Durant les hivers 2004-2005 et 2005-2006, des bouvreuils envahissent l’est de la France. Une migration hivernale de populations de l’Europe de l’est ? C’est ce que pensaient les ornithologues avant d’entendre leur cri : la sonorité d’une petite trompette de plastique (comme on en trouve dans les pochettes surprises) ne correspond pas au cri de notre bouvreuil européen. En y regardant de plus près, ils s’en distinguent aussi par des taches blanches situées sous les ailes. Il s’agit en réalité d’une sous-espèce originaire des forêts du nord de l’Asie et de l’Europe : P. pyrrhula pyrrhula. Nous savons à présent qu’il existe en Europe occidentale quatre sous-espèces de Bouvreuil pivoine dont trois sont présentes en France : outre l’européen et le trompetteur, une petite population a investi les hauteurs pyrénéennes, P. pyrrhula iberiae.

5 - Il apporte chance et réussite aux étudiants japonais

En tant que messager du dieu de la Culture (Tenjin), le Bouvreuil est considéré dans la tradition nippone comme un oiseau sacré. Lors de l’Usoka (« échange de bouvreuils »), une fête nationale le 7 janvier, les étudiants se rendent dans les sanctuaires dédiés à Tenjin munis de statuettes de bouvreuil en bois. Ils apportent leurs sculptures de l'année précédente et les échangent contre de nouveaux oiseaux. Ces statuettes sont censées leur apporter chance et réussite dans leurs études.

g35_bouvreuil_et_cerisier.jpg

Le bouvreuil est très présent dans la culture niponne.

Bouvreuil et cerisier pleureur en fleur du peintre Katsushika Hokusai 

 

Participez à BirdLab !

 

logo_birdlab.png

Vous aimerez aussi

Sciences participatives
Vucain ©cc-by_missbutterfly
13 Avril 2021

5 choses à savoir sur le vulcain

Sciences participatives
Petite_tortue_papillon© jean-raphael_guillaumin (Flickr)
2 Avril 2021

5 choses à savoir sur la Petite tortue

Sciences participatives
Aurore_papillon©Didier (Flickr)
23 Mars 2021

5 choses à savoir sur l’Aurore

Fond de carte