Back to top
bandeau.jpg

En direct de vos jardins #1 – Avez-vous rencontré l’Abeille charpentière ?

Sciences participatives

 

Depuis le début du confinement les Spipolliens nous ont envoyé de nombreuses photos d’un étrange pollinisateur, peu connu et pourtant assez fréquent ces derniers jours ensoleillés. Rencontre avec le Xylocope ou Abeille charpentière.

Xylocope © ASCALAF07 (Spipoll)

Un Xylocope immortlisé par ASCALAF07 

 

Un vol lourd, un bourdonnement assourdissant, une carrure imposante et de beaux reflets violets  : lorsqu’elle traverse le jardin on ne voit plus qu’elle. Vous l’avez sûrement déjà rencontrée dans votre jardin, peut-être même depuis le début du confinement. Non ce n’est pas un coléoptère, mais bien une abeille. La plus grosse d’Europe. Lorsqu’on se retrouve nez à nez avec l’Abeille charpentière, on ne peut qu’admirer cette force de la nature.

Outre sa morphologie, sa particularité tient surtout à son lieu de nidification : le bois. Avec ses deux puissantes mandibules, Xylocope (travailleuse du bois) creuse ses cavités dans de vieux troncs, des souches en décomposition ou de vieilles charpentes. Les galeries où la femelle pondra et stockera la nourriture pour sa progéniture peuvent atteindre 30 centimètres de profondeur !

Pour une tranquillité assurée, elle prend soin de boucher l’entrée de nid avec une petite boule qui ressemble à du coton. Cette porte caractéristique peut trahir sa présence. Mais il y a d’autres indices, en particulier ces petits copeaux de bois tombés au sol lors du creusement. Si vous la croisez dans votre jardin, il y a de fortes chances que cette grosse abeille soit plutôt en quête de nectar pour se nourrir. Plus tard, elle récoltera aussi du pollen pour nourrit ses larves.

Car pour l’instant, les individus que l’on observe sur les photos du Spipoll sont ceux qui viennent de sortir de plusieurs mois de confinement à l’abri dans le bois. En effet les nurseries servent aussi de lieu d’hivernation jusqu'aux premiers beaux jours, généralement courant février. Le réchauffement climatique illustré par ce printemps précoce serait bénéfique à ces abeilles appréciant la chaleur et le soleil. La charpentière étendrait par conséquent son aire de répartition vers le nord de la France et les régions d’altitude. Vous êtes donc potentiellement de plus en plus nombreux à pouvoir la rencontrer dans votre jardin. 

Alors prêts à l’observer ?

Comment observer l’Abeille charpentière à Vigie-Nature ? En participant à l’Observatoire des bourdons ou au Spipoll. Vous aiderez ainsi les chercheurs à suivre, entre autres, ces abeilles fascinantes. Il y a 4 espèces en France métropolitaine, mais la plus commune, Xylocopa violacea, est observable presque partout, alors que les autres peuvent être rencontrées dans le Sud. Difficiles à distinguer, nous les englobons toutes dans le groupe « abeilles charpentières ». Comme tous les pollinisateurs, la probable recrudescence de plantes sauvages du fait du confinement leur offrira peut-être davantage de ressource à l’heure des premières pontes…
Le conseil pour l'attirer chez vous : L’abeille charpentière butine un peu partout notamment sur les légumineuses. Privilégiez les fleurs riches en nectar, avec une corolle peu profonde (petite langue). Si vous avez des glycines, vous ferez des heureuses !
La bonne raison de les inviter : Elle pollinisera vos arbres fruitiers, les légumes du potager mais également de nombreuses fleurs sauvages.

 

Pour nous aider à alimenter cette rubrique, n’hésitez pas à nous envoyer vos photos des plus belles rencontres faites dans votre jardin.

Xylocopa violacea (wikipedia)

Loges et larves de Xylocopa violacea dans du bois (vu en coupe).

 

Fond de carte