Back to top
Sciences Ensemble

Du plancton aux langues régionales : bienvenue sur le nouveau portail Science Ensemble

Projets

 

 

Près de 40 projets de sciences participatives abordant une foultitude de thématiques scientifiques réunis derrière une même vitrine numérique. Gwenaëlle Boulic-Michanol, qui coordonne le projet depuis plus de deux ans, nous présente ce nouvel outil.

 

 

Vigie-Nature : Dans quel contexte s'est construit Science Ensemble ?

Gwenaëlle Boulic-Michanol : Le projet est né en 2016. Face à la diversité d’initiatives existantes en matière de sciences participatives liées à la recherche, le Muséum national d’histoire naturelle et Sorbonne Université ont décidé de lancer une étude d’opportunité. L’objectif de cette étude était de dessiner les contours d’un portail web permettant de mettre en valeur ces programmes sur le périmètre des établissements de L’Alliance Sorbonne Université [Muséum et Sorbonne Université NDLR].

Science Ensemble est donc l’histoire d’un projet collectif et fédérateur.  A l’image de ce qui caractérise les projets de sciences participatives, il a été co-construit par les porteurs de projet, les chercheurs, les membres du comité de pilotage, l'équipe de 65 Millions d'Observateurs ainsi que les directions de la communication du Muséum et de Sorbonne Université. Nous avons commencé à travailler avec environ 70 porteurs de projets et personnes associées à la réflexion de ce portail. La communauté rassemble aujourd’hui 120 personnes investies dans ce projet depuis le début de sa co-construction.

Le Muséum apporte son héritage et son expertise en matière de sciences participatives ; Sorbonne Université sa diversité de projets dans des disciplines très diverses, dont certaines manquaient de visibilité que ce soit pour les chercheurs, les institutions mais aussi pour le public.

On y découvre des disciplines comme les langues et l’informatique qu’on ne voit pas souvent associées aux sciences participatives. Quelle est l’étendue du champ disciplinaire ?

La diversité des acteurs et des projets est impressionnante. La biodiversité occupe une part importante, avec Vigie-Nature bien-sûr et d’autres. Mais à la différence du portail OPEN, par exemple, qui ne fédère que des projets liés à la biodiversité, Science Ensemble propose un éventail de thématiques très large, de l’histoire à l’archéologie en passant par l’environnement, les sciences humaines et sociales, le patrimoine, les langues et l’informatique. Près d’une quarantaine de projets sont répertoriés et de nouveaux vont prochainement venir nourrir la plateforme, en sciences et musique, en géologie et peut-être à terme en médecine et santé.

Sciences Ensemble

 

Au-delà d’une vitrine pour les sciences participatives, la plateforme vise également à créer un réseau d’acteurs. De quelle manière ?

Cet outil met à disposition en un même lieu un annuaire de projets mais aussi un centre de ressources avec des rapports, des vidéos, des formations, des actualités, des évènements, des communiqués de presse en lien avec les sciences participatives. Un réseau métiers offre aux porteurs de projets la possibilité de partager leurs expériences avec des acteurs aux compétences très variées que ce soit dans la médiation, le montage de projet jusqu’aux questions juridiques. Ces partages d’expériences et de pratiques faciliteront les futures collaborations entre chercheurs, partenaires et participants.

Le facteur temps est précieux pour les porteurs de projets. C’est pourquoi ce dispositif peut être utile, en particulier aux chercheurs qui peinent parfois à communiquer sur leur projet, faute de temps, et qui ont du mal à faire connaître leurs initiatives auprès des médias. Le portail les valorise tout en créant du lien.

Pour le participant lambda qui aimerait s’engager, comment s’y retrouver dans ce foisonnement de possibilités ?

Il y a plusieurs portes d’entrée. On peut partir de l‘annuaire et choisir une thématique ou un projet particulier. Certains d’entre eux nécessitent un savoir-faire, une formation. D’autres aucune. Certains sont nationaux, d’autres plus localisés comme le projet Tous historiens ! qui se pratique dans les Ardennes à Charleville Mézières en passant par une association de généalogistes. C’est un projet très original, qui consiste à reconstituer la vie d’individus au XIXe siècle, à partir d’archives de l’état civil. Dans un autre registre, Français de nos régions, vous propose une enquête de « vitalité linguistique » sur les termes et expressions employés dans votre propre région. Ce cheminement interdisciplinaire peut nous transporter des météores au plancton pour terminer sur la diversité linguistique.

Et si on ne souhaite pas s’engager, on peut toujours s’informer, se nourrir avec les ressources et participer aux évènements pour rejoindre les passionnés sur le terrain.

 

Accédez au portail Science Ensemble 

 

Engagez-vous ! Le message de Romain Julliard, Directeur de l'unité de recherche CESCO