Back to top
o_o_by_struller.jpg

Steli : Présentation des responsables scientifiques (1/2) !

Sciences participatives

Pour terminer cette série de billets consacrée au Steli, nous vous proposons de rencontrer, dans deux billets successifs, les deux coordinateurs scientifiques du programme ! dans ce premier billet, c'est Anne-Laure Gourmand qui répond à nos questions ! Merci à elle et bonne lecture !

Pourrais-tu te présenter en quelques mots, en décrivant quelle est ta mission dans l'animation du STELI et de quelle façon tu y interviens ?

J’ai commencé mes activités naturalistes par l’ornithologie en m’investissant dans le monde associatif quand j’étais enfant. J’ai entrepris des études en écologie et élargi mon champ de vision en participant à des études sur d’autres groupes d’espèces. J’ai commencé à m'investir dans les programmes de sciences participatives en 2007 en relayant les observatoires nationaux Vigie-Nature à l’échelle d’une commune. Je participe depuis 2010 à la coordination d’observatoires Vigie-Nature au sein du Muséum national d’Histoire naturelle dont le Suivi Temporel des Libellules (STELI) afin de comprendre comment ces populations évoluent en France notamment dans le contexte du changement climatique. 

Est-ce ton travail à plein temps ?

Je travaille sur Vigie-Nature à plein temps, mais mes tâches sont multiples. Je m’occupe du STELI, mais également de programmes sur d’autres taxons. Je travaille également de manière transversale pour communiquer sur les observatoires Vigie-Nature et pour aider les relais locaux dans leur démarche.

Comment en vient-on à être animateur de programme de sciences participatives ?

Je me suis rendu compte à quel point la participation des citoyens à ces programmes pouvait changer leur vision de la biodiversité qui les entoure. Par ailleurs, pour mener des recherches à l’échelle de la France, il est nécessaire d’avoir une quantité importante d’informations de terrain. Les sciences participatives ouvrent la porte à de nombreuses thématiques nouvelles qui seraient impossibles à menées sans la contribution d’un grand nombre d’observateurs. Les sciences participatives permettent donc de faire avancer les connaissances sur la biodiversité et de sensibiliser le public à ces problématiques.

 

-Comment peut-on te contacter? Il est possible de me contacter via mon adresse électronique : gourmand@mnhn.fr

Fond de carte