Back to top
clavier © andrew_writer_flickr

Vous pourrez bientôt analyser vous-mêmes les données !

Multimédia

 

Simon Benateau a depuis peu rejoint l'équipe de Vigie-Nature dans le cadre de sa participation au projet européen GAPARS. Sa mission consiste à développer une nouvelle interface qui vous permettra d'analyser directement vos observations. Une petite révolution pour les sciences participatives...

 

Photo Simon Benateau

   Qu'est-ce que Galaxy Bricks ?

 C’est un système qui va offrir au participant de Vigie-Nature un outil simple pour parcourir et exploiter les bases de données   de l'observatoire auquel il participe. L'idée, c'est de donner à tous les observateurs accès à l’analyse statistique, ce que     seuls  les chercheurs font aujourd'hui.

   D'où est venue l'idée de ce projet ?

 Des participants ! « Où vont mes données ? », « Quels sont mes apports ? », « Comment puis-je participer davantage ? » :     pouvoir suivre les observations, au-delà de la saisie est une demande récurrente. Cet enthousiasme n'est pas seulement   bien venu, il est constitutif du principe de science participative et nécessaire à sa prolongation. Nous souhaitons donc   étendre la participation en permettant au public de s'approprier la donnée.

Concrètement qu’est-ce que cela offre comme possibilité ?

Disons que je participe à l'observatoire Oiseaux des jardins. En résumant les données par département je pourrai savoir combien d'espèces d'oiseaux les autres observateurs ont vu autour de chez moi, ou encore si les régions possédant le plus d'espèces sont voisines de la mienne. Je pourrai également connaître l'évolution de la diversité des oiseaux observés au cours des années. Voilà quelques possibilités parmi beaucoup d'autres.

Les observateurs auront accès à l'ensemble des données des observatoires grand public Vigie-Nature, et donc à une grande quantité d'observations. La précision des protocoles et l'investissement des participants donnent de la fiabilité à ces données.  Récoltées en grand nombre, elles se prêtent particulièrement à l'analyse statistique. C'est là tout l'intérêt des sciences participatives !

L’objectif est aussi de permettre une collaboration entre participants et chercheurs ?

En fait les intérêts sont multiples. D'abord, les participants confrontés à l'outil auront sûrement des questions différentes de celles les chercheurs. De cette façon, le dispositif va permettre de satisfaire les attentes des participants tout en produisant des connaissances sur des questions qui ne sont aujourd'hui pas investies.

Par leurs usages les utilisateurs de Galaxy Bricks dégageront de nouvelles façons de croiser les données et les différents traitements statistiques. Ils pourront comparer un observatoire avec un autre par exemple. On peut s'attendre à ce qu'ils mettent en lumière de nouvelles problématiques et apportent des résultats intéressants. En plus, participants et chercheurs pourront échanger sur un espace dédié.

stoc_galaxy2.jpeg

Un exemple de graphique que les participants pourront produire facilement

 

Galaxy pourra révéler des choses sur les participants eux-mêmes ...

Nous pourrons en effet nous pencher sur l'usage qui est fait de l'interface par les participants. Plus précisément, nous étudierons comment les outils mis à disposition sont utilisés et dans quel ordre, nous regarderons les analyses les plus courantes etc. En dessinant des tendances, nous mettrons peut-être en évidence des questions qui se posent dans la société concernant la biodiversité. Par exemple : les observateurs ont-ils plus d'intérêt pour les données régionales que nationales, ou inversement ? De nouveaux champs de réflexions devraient s’ouvrir.

Et l’utilisation sera largement simplifiée par rapport aux logiciels qu’utilisent aujourd’hui les chercheurs...

Oui ! Je travaille justement à ce que l'interface soit la plus simple et ergonomique possible afin que l'activité reste ludique. Dans Galaxy Bricks, il y a « Bricks », qui veut tout simplement dire « briques » en français. Mon job est d'ajouter des briques à d'autres jusqu'à obtenir le résultat ou le graphique que désir le participant. En fait, ce sont des briques de codes, mais pas d'inquiétude : c'est moi qui me charge de les programmer... Pour donner un exemple, voici un enchaînement de briques :

Brique 1 : importe un jeu de données

Brique 2 : sélectionne une partie du jeu de données selon des paramètres définis

Brique 3 : réalise une moyenne en fonction de l'espèce

Brique 4 : réalise un graphique

L'interface mettra donc à disposition des outils assez pointus mais très simples d'utilisation !

Quand Galaxy Bricks sera-t-il accessible ?

Je ne peux pas répondre avec exactitude. Une première version « test » sera mise en ligne fin 2019 mais il faudra quelques années pour une version totalement fonctionnelle. Il y a beaucoup à faire pour structurer le système, insérer les différentes fonctionnalités et améliorer l'ergonomie de cet outil. C'est une galaxie de briques qu'il faut construire après tout !

 

Dalil et Hugo