Back to top

Protocole Point Fixe

Ce nouveau protocole « Poste fixe » est issu des possibilités ouvertes par les nouveaux détecteurs-enregistreurs autonomes comme le SM2BAT, le D500X, le Batcorder, le Batlogger et probablement bien d’autres modèles sous peu ; mais aussi par les développements récents de l’identification assistée par ordinateur.

Ce nouveau suivi va reposer sur l’enregistrement de nuits complètes et génère donc un volume considérable de données par échantillon. Du fait du coût relativement faible du SM2BAT, de nombreux chiroptérologues sont maintenant familiers de ce matériel. Cela permet d’envisager un suivi d’envergure basé sur l’utilisation de ce type de matériel.

Vous trouverez ci-dessous :

 le document décrivant le protocole Point Fixe de façon générale

- LE GUIDE PRATIQUE couvrant de la collecte de données jusqu'à leur interprétation

Vous y trouverez tous les tutoriels nécessaires à l'utilisation du portail, des enregistreurs passifs, leurs fichiers de configuration, etc

Documentation identification acoustique

 

 

APPORTS ATTENDUS DE CE NOUVEAU PROTOCOLE

Ce protocole est issu des tests réalisés ces dernières années. L'expérience acquise sur ces nouveaux matériels permet aujourd'hui de vous proposer un protocole cadré et standard qui devrait stratégiquement compléter les 2 autres (Routier et Pédestre). Ce protocole est particulièrement complémentaire du protocole routier mais ne le remplace en aucun cas. En effet, le protocole routier restera le plus performant pour les espèces à grand rayon de détection et dont l'activité est concentrée sur le début de nuit, comme les Noctules, les Sérotines et les Pipistrelles. Le protocole Point Fixe par contre nous permettra à terme de suivre des espèces à plus faible rayon de détection et dont l'activité se prolonge tout au long de la nuit, comme le Murin de Daubenton, la Barbastelle, voire peut-être même les Rhinolophes...

En bref, ce protocole supplémentaire devrait permettre d'élargir le panel d'espèces suivies !

 

> le tutoriel pour tester ses cables et micros chez soi

À la une