Back to top
c'est_quoi.jpg

Post de l'été : les fausses-chenilles, ça existe !

Sciences participatives

À la fin du mois de juin, j'ai découvert ce drôle de soleil (je veux parler de la photo ci-dessus) sur une feuille de bouleau.

Les tenthrèdes

La position des larves, plutôt originale, m'a laissé perplexe. Voyons à quelle espèce de papillon appartiennent ces chenilles, me suis-je dit. J'ai envoyé la photo à Grégoire Lois et Benoit Fontaine à Vigie-Nature. « Ce ne sont pas des chenilles (de lépidoptère), mais des larves d'hyménoptères symphytes, les tenthrèdes » m'a répondu Benoit.

Jamais entendu parlé....

Mathieu de Flores de l'Opie m'a suggéré de lire la page de ce site parfait pour une première « rencontre » avec ces insectes dits « mouches à scie » (sawfly en anglais) : ici. Mais, je me suis vite aperçue qu'en France, on parlait surtout des tenthrèdes en terme de « ravageurs ». Les larves appréciant les feuilles de rosiers, de divers arbres, de plantes cultivées....C'est donc surtout en prédateurs des plantes que les tenthrèdes sont connus. Pour mieux les éradiquer ? J'ai donc pris le parti d'aller fouiller du côté des adultes.

Sur la toile, je n'ai généralement trouvé que deux lignes à ce sujet : « les adultes se nourrissent de nectar, plus particulièrement de fleurs d'ombellifères ; certaines espèces sont carnivores. » Vu le nombre de collections avec des tenthrèdes sur le site du suivi photographique des insectes pollinisateurs (le Spipoll), nous sommes d'accord sur le premier point.

© Lechene | participant au Spipoll

Avec si peu d'informations à ma disposition, j'ai pris le parti d'écrire à David R. Smith, un spécialiste du département d'entomologie du National Museum of Natural History, Smithsonian Institution. David m'a répondu et je l'en remercie vivement !

« Les adultes ne vivent pas longtemps : tout au plus une à deux semaines » m'a-t-il écrit. « Leurs habitudes alimentaires varient : certains ne se nourrissent pas, d'autres s'abreuvent de la rosée matinale, d'autres encore visitent les fleurs pour le nectar ou le pollen, enfin certains attrapent et mangent de petites mouches ».

Quant à leur rôle dans la pollinisation, « il n'est pas connu. Je ne connais aucune étude à ce sujet. Leur rôle pourrait être significatif, particulièrement dans les prairies naturelles où la floraison de certaines plantes et l'émergence des adultes est synchrone. »

Enfin, sur leur importance en tant que prédateur d'autres insectes, la conclusion est identique : on ne sait rien ! Et pour en revenir aux larves : moins de 20% des espèces sont connues aux USA....On peut donc tout imaginer, tout supposer....un terrain de recherche vierge.

Allez, on ne va pas rester ignorant : chenille / fausse-chenille, voici comment ne pas se tromper.

©Henri Savina / OPIE-Midi Pyrénées

NB : les tenthrèdes sont de guêpes dont il manque la fameuse taille d'où leur rangement dans les symphytes. Il leur manque aussi le dard : elles ne piquent pas !

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 04 août 2014

Pour s’abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

--> En vacances, évadez-vous avec le Spipoll, et relevez le défi de passer la barre des 500 000 insectes et arachnides photographiés ! Il suffit d'une plante en fleur et d'un appareil photo pour réaliser votre première collection. Pour connaître la répartition des collections du Spipoll, c'est ici. 

--> Comme été rime avec détente, voici une grille de mots croisés sur les escargots et les limaces à réaliser sur la chaise longue, les doigts de pied en éventail. Proposé par Nathalie Devezeaux du Conservatoire d'espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais dans son Ch'ti Vigie ici

--> Et n'oubliez pas notre questionnaire à propos du blog ici.   

Fond de carte