Back to top
Twin_lantana_camara@Joaquim Alves Gasparwiki.jpg

Quand de petites araignées s'invitent à la table des pollinisateurs

Sciences participatives

Une plante, des fleurs, des insectes. Le principe du Spipoll - le suivi photographique des insectes pollinisateurs - est simple. On photographie tout ce qui se pose sur les fleurs. Cependant, dès 2011, sont apparus dans les collections des spipolliens d'autres bestioles...

Lesquelles ?

Des bestioles qui n'ont rien à voir avec les insectes : des araignées. Tout le monde sait que les insectes possèdent 3 paires de pattes et que les araignées en ont 4 ? Impec ! Vous savez aussi qu'elles sont dépourvues d'ailes et d'antennes. Parfait !

Viens là que je t'attrape !

En prédatrices des insectes, les araignées se sont donc invitées dans le Spipoll. Parce que chez les fleurs, notamment celles de la famille des Apiacées - les carottes sauvages - on peut facilement se cacher dessous ou même dedans en se confondant avec les couleurs des pétales. L'endroit idéal pour croquer les « gentils » pollinisateurs que les spipolliens viennent photographier. Hé Hé !

Le cas de l'Araignée Napoléon

« On s'est rendu compte que plusieurs groupes d'araignées étaient photographiés. Beaucoup plus que ce que l'on imaginait » m'a dit Colin Fontaine, notre chercheur référent du Spipoll. « On a même remarqué que la fréquence de l'Araignée Napoléon augmente par rapport aux autres espèces. »

 

Araignée Napoléon © Alvesgaspar | Wikimedia commons

Une espèce de caractère !

Très facile à reconnaître, en raison de son abdomen coloré bien dodu portant un tatouage on ne peut plus original : le bicorne de Napoléon 1er (!), l'Araignée Napoléon (Synema globosum pour les proches) a été rangée dans la catégorie des Araignées-crabes par les scientifiques. Chassant à l'affût, l'araignée s'attaque à des proies trois fois plus grosses qu'elle. Mais elle a un super-pouvoir : son venin est foudroyant. Il paralyse instantanément l'abeille ou le bourdon qu'elle a coincé entre ses deux crochets venimeux.

Une remontée vers le nord

Parenthèse fermée sur la vie et les mœurs de cette espèce, on revient à la question principale : pourquoi y aurait-il plus d'Araignée Napoléon en France ? Ou plus précisément pourquoi semble-t-elle être plus fréquente dans les régions situées au Nord de son aire de répartition normale, la région méditerranéenne ? Hélas, « les données du Spipoll sont encore trop « jeunes » pour mettre en évidence un lien entre les modifications du climat et la progression de l'araignée vers le nord » m'a répondu Colin. « Nous n'avons pas encore assez de données pour observer un résultat significatif. » Patience ! Le programme n'a que 5 ans !

Répartition de l'Araignée Napoléon en France © INPN | MNHN

 

Il n'y a pas que des Araignées Napoléon dans la vie !

En attendant que le nombre d'observations d'araignées augmente dans la base du Spipoll, vous pouvez découvrir le travail de Lucien notre plus jeune spipollien de 15 ans et grand amateur d'araignées.

 

 En analysant la base photographique du Spipoll, il a créé une fiche d'aide à l'identification des différents groupes d'araignées crabes (ici).

Son travail a même été validé par Christine Rollard, chargée de conservation de la collection nationale des araignées du Muséum.

Chapeau !

 

 

 

 

Araignée crabe © Thomas Bresson | Wikimedia commons

________________________________________________________________________________

Lisa Garnier, le lundi 14 septembre 2015

Pour s'abonner au blog, cliquer sur lgarnier@mnhn.fr

©

→ Pour les passionnés, vous trouverez dans cet article (Female-limited colour polymorphism in the crab spider Synema globosum (Araneae: Thomisidae) en anglais) les différentes morphologies des femelles d'Araignées Napoléon. Ce sont celles aux abdomens jaunes qui sont les plus fréquentes (64%), viennent ensuite celles aux abdomens rouge (34%) ; les blanches sont plus rares (3%).  

→ Les insectes pollinisateurs nous en mettent plein la vue ! Un dossier du Ministère de l'écologie ici.

 Agenda :

--> Vigie-Nature sera présent au parc botanique et zoologique de la Tête d'or à Lyon le samedi 26 (9h-19h) et dimanche 27 septembre (10h-18h) 2015. Au programme : Oiseaux, des Jardins, Spipoll, Observatoire de la biodiversité des jardins et Sauvages de ma rue !     

--> L'Observatoire Agricole de la Biodiversité sera présent au salon des Techniques bio et alternatives (tech & bio) les 23 et 24 septembre 2015 au stand Biodiversité.

--> L'association Tela Botanica et la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, en partenariat avec Aix-Marseille Université, vous invitent à la première rencontre entre participants, animateurs, relais et scientifiques du programme Sauvages de ma rue en PACA. C'est le vendredi 02 octobre de 9h à 13h à Aix Marseille Université, site Saint Charles. Le programme est ici et le formulaire d'inscription est là.

Vous aimerez aussi

Fond de carte