Back to top
img_20190325_134927342_hdr.jpg

Enseignement agricole

Public : Equipe pédagogique des établissements d'enseignement agricole

Période : Toute l'année (en fonction des protocoles)

Contact : marine.gerardin@mnhn.fr

Présentation

Les sciences participatives permettent aux citoyens de contribuer à un programme de recherche scientifique tout en améliorant leurs propres connaissances sur la biodiversité. Dans un contexte d'enseignement, ces programmes favorisent des activités concrètes, de terrain, s'appuyant sur des protocoles d'observations dans différents milieux : exploitation agricole de l’établissement, espaces vert, espace naturel, littoral… et s’adressent à différents niveaux et différentes filières. L'enseignement agricole s'est emparé assez naturellement de ces programmes qui croisent des enjeux pédagogiques, scientifiques et sociétaux.

La prise en compte de la biodiversité dans les écosystèmes – agricoles et autres – est aujourd’hui un enjeu majeur dans la transition agro-écologique, ne serait-ce que pour mieux comprendre la nature des liens entre les activités agricoles et la biodiversité. Dans ce contexte, la formation des futurs agriculteurs et gestionnaires est un levier essentiel dans l'amélioration des connaissances et pour le développement de pratiques intégrant a biodiversité.

- Dans la continuité du plan précédent, le nouveau plan intitulé « Enseigner à Produire Autrement, pour les transitions et l’agro-écologie », dit EPA 2, place explicitement l’apprenant au centre de la démarche, dans le domaine de la production agricole mais aussi dans la transformation, des services et l’aménagement et intègre mieux les initiatives de l’enseignement supérieur. 

​- Dans son rapport d’inspection sur les sciences participatives conduit en 2021, l’enseignement agricole précise qu’elles sont « une réelle opportunité d’enrichir le champ de l’innovation pédagogique et de nourrir les réflexions scientifiques dont la transition agro-écologique ».

 

Quelques outils pour vous accompagner

6 webinaires pour découvrir les sciences participatives, leurs fonctionnements, leurs objectifs et leurs places dans l’enseignement agricole.

Des webinaires courts sont proposés de 12h à 13h un jeudi par mois, Ils permettent de découvrir quelques programmes de sciences participatives. Les intervenant.es varieront en fonction des dates.

Pour s’inscrire à un ou plusieurs webinaires, c’est par ICI.

Jeudi 25 janvier 2024 \\ 12h-13h : L’observatoire agricole de la biodiversité - OAB

L’OAB permet d’étudier la biodiversité des milieux agricoles en lien avec les pratiques culturales, en suivant cinq groupes d’espèces : vers de terre, invertébré terrestres, papillons, abeilles sauvages et chauves-souris. Avec Nora Rouillier (MNHN).

Jeudi 1er février 2024 \\ 12h-13h : Coléoptères coprophage dans l’enseignement agricole - ColcopEA

Ce programme de science et recherche participative propose deux protocoles d’observation de la dégradation des bouses et des coléoptères coprophages, en lien avec les pratiques d’élevage. Avec William Perrin (CEFE).

Jeudi 14 mars 2024  \\ 12h-13h : Le protocole chauve-souris de l'observatoire agricole de la biodiversité

En 2019, l'observatoire a testé et intégré un nouveau protocole de suivi de chauve-souris en milieu agricole. Inspiré du protocole point fixe de Vigie-Chiro, ce protocole de l'OAB ne permet pas de voir les individus mais permet d'identifier les espèces chassant sur la parcelle étudiée. Nous verrons ensemble l'envoi de ces données sur les portails OAB et Vigie-Chiro. Avec Tiphaine Devaux (MNHN).

Jeudi 4 avril 2024 \\ 12h-13h : Suivi photographique des insectes pollinisateurs - Spipoll

Le Spipoll est un programme de science participatives qui permet d'étudier les interactions entre les plantes et les insectes. Avec Mathieu de Flores (OPIE).

Jeudi 16 mai 2024 \\ 12h-13h : Florilèges-prairies

Cet observatoire s'adresse principalement aux gestionnaires d'espaces verts. Il permet d'étudier notamment d’effet des pratiques de gestion sur la qualité écologique des prairies. Avec Martin Jeanmougin (MNHN).

Jeudi 13 juin 2024 \\ 12h-13h : Retours d'expériences

Ce temps est dédié aux échanges d'expériences d'enseignant.es qui ont mis en place des programmes de sciences participatives avec leurs apprenants.

Une offre de formations en présentiel

La journée nationale des sites de démonstration de l'OAB (PNF porté par la Bergerie Nationale), animé par le MNHN \\ Date à préciser, au Muséum national d'Histoire naturelle (Paris)

Cette journée s'adresse principalement aux sites de démonstration de l'OAB. Mais nous désirons ouvris cette journée à toutes celles et ceux qui aimeraient intégrer le réseau. Au programme : des conférences, des échanges, des ateliers.

Mettre en place Spipoll et l'Observatoire des messicoles (PNF porté par la Bergerie Nationale), animé par le MNHN, l'OPIE et Tela Botanica \\ Date à préciser, lieu pressenti Rambouillet (78)

Lors de cette formation, on s'interrogera sur les lien entre les insectes pollinisateurs et les plantes essicoles. Nous verrons également comment intégrer ces suivis de biodiversité, faune et flore, dans les apprentissages.

Mettre en place des investigations sur le terrain avec les élèves et pratiquer des sciences participatives (PNF porté par l'Institut agro Florac), avec le MNHN  \\ Du 13 au 17 mai 2024, à Florac (48)

Ce stage se propose à travers de la pratique d'armer les enseignants intéressés pour savoir aborder sur les terrain la faune et/ou la flore à partir d'outils et de méthodes utilisables avec les élèves dans le cadre de différents référentiels de tous niveaux.

Pré-insciption ICI.

Mettre en place les protocoles de l'OAB dans l'enseignement agricole (PNF porté par la Bergerie Nationale), animé par le MNHN \\ 23 et 24 mai 2024 à Rambouillet (78)

L’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) est un programme de sciences participatives qui permet d’étudier la biodiversité des milieux agricoles en lien avec les pratiques culturales, en suivant 5 groupes d’espèces : les vers de terre, les invertébrés terrestres, les abeilles solitaires, les papillons de jour et les chauves-souris.

Coprophages et pratiques agricoles (PNF porté par l'Institut agro Florac), avec le MNHN, le Réso'them Biodiversité, le CEFE \\ Du 2 au 5 juillet 2024, lieu à définir.

Les coléoptères coprophages jouent un rôle essentiel dans la dégradation des excréments des animaux d'élevage. A ce titre ils constituent à la fois un exemple typique de service écosytémique et un indicateur de premier plan pour les agroécosystèmes d'élevage. Par ailleurs ils interagissent avec les pratiques d'élevage et en particulier ils sont impactés par certaines pratiques vétérinaires (antiparasitaires). La démarche de sciences participatives COLCOPEA permet d'aborder de manière très concrète cette problématique avec les élèves.

Pré-insciption ICI.

Un livret "Les sciences participatives dans l’enseignement agricole : Recueil d’expériences"

Ce livret s’adresse aux équipes pédagogiques des établissements d’enseignement agricole désireuses de contribuer à la recherche mais aussi et surtout d’initier à la démarche scientifique sur le terrain au cours de la formation des apprenants. Il présente des retours d’expérience d’enseignants et enseignantes qui ont mis en place ces dispositifs dans leur établissement. A travers ces témoignages concrets, ce livret propose des outils pour s’approprier différents programmes de sciences participatives.

Cliquez sur l'image pour accéder au livret.

couverture_livret.jpg

 

Ce document est constitué de 4 types de fiches :

- Les fiches « Protocoles » détaillent les protocoles des programmes de sciences participatives qui ont été réalisés par des établissements d’enseignement agricole. Chaque fiche apporte des éléments pour comprendre les objectifs scientifiques du programme. Elles permettent de visualiser les modalités logistiques nécessaires pour sa mise en place (matériel, fréquence, saisonnalité...).

- Les fiches «Retour d’expérience des Enseignant.es» proposent des exemples d’appropriation de ces dispositifs par les enseignants en fonction du contexte. Elles détaillent leurs mises en place concrète qui ont été réalisées dans des milieux variés (exploitation agricole, espaces verts ou naturels, littoral,...), avec différents objectifs, différentes filières et différents niveaux. 

- Les fiches « Entretien auprès de Chercheur.es » permettent de mieux appréhender le travail de chercheur et la finalité des programmes.

- Les fiches « Ressources » permettent  d’approfondir quelques notions ou proposent des activités à réaliser auprès des apprenants.

Participer à des programmes de science participative

Le choix du programme

Le choix du programme répond avant tout à vos objectifs pédagogiques, mais peut se faire également en fonction :

- De la question scientifique proposée par le programme,

- Du milieu dans lequel se réalise le protocole : milieu agricole, urbain, espace vert ou naturel, littoral…,

- Des taxons suivis, faune ou flore,

- De la faisabilité du protocole : chaque protocole présente des modalités qui lui sont propres (fréquence, durée, saisonnalité, matériel spécifique, accessibilité à la zone d’observation…),

- Des thématiques associées (service écosystémique, écologie des paysages…) qui peuvent répondre aux référentiels de formation.

--> Vigie-Nature propose différents observatoires qui peuvent intéresser les futurs agriculteurs, gestionnaires d'espaces verts ou naturels... ou encore la filière service.

--> La plateforme OPEN recense tous les programmes de sciences participatives sur la biodiversité, classé par région, thème, taxons suivis ou encore compétences attendues.

Les étapes conseillées pour mettre en place ce type de programmes

Pour la mise de place d’un programme de sciences participatives dans le parcours de formation de l’apprenant, nous avons identifié quatre étapes sur lesquelles peuvent s’agréger des séances pédagogiques :

livret_sciences_participatives-schema-etapes.jpg

1- Préparation en amont

Ce temps permet de définir la zone d'observation, s'entraîner à la reconnaissance des taxons ou encore aborder le fonctionnement des sciences participatives.

2 - Réalisation du protocole

Cette étape se fait nécessairement sur le terrain : il s’agit de réaliser scrupuleusement le protocole défini et de collecter les données issues de vos observations (identification des individus et leur abondance, conditions d'observations...) avec une fiche de terrain ou bien sur un terminal mobile. L'identification des taxons peut se faire grâce à une clé de détermination.

3 - Saisie/envoi des données

Pour que vos observations soient prises en compte par les chercheurs, il est nécessaire de leur envoyer vos données. La saisie se fait principalement via les plateformes internet des programmes, ou en utilisant des applications mobiles. Certains programmes demandent d’envoyer les récoltes par courrier postal.

4 - Utilisation des résultats

Ce temps permet de comprendre comment les données collectées sont utilisées par la recherche. En fonction des programmes, vous pourrez vous référer aux publications scientifiques, vous appuyer sur des bilans proposés, vous positionner sur les référentiels nationaux, participer à des journées de restitutions, des webinaires ou encore manipuler des jeux de données…

Bonnes observations !

 

Ce projet est soutenu financièrement par le Ministère de l'Agriculture et de la souveraineté Alimentaire.

 
 

Fond de carte